Editions Eponymes

LE DISQUE INDISPENSABLE DU MOIS

Vous êtes ici : > Accueil

FRAIS de PORT OFFERT

 

Arthur RIMBAUD

Nouvelle édition dans la collection Poètes & Chansons en  2 CD avec un casting bien renouvelé mélant chansons, diction, jazz et « mélodie » française…

CD 1

 

Avec Michèle Bernard, François Cotinaud, Jacques Douai, Léo Ferré, Colombe Frézin, Patrick Hamel, Patrick Janvier, Pascale Labbé, Colette Magny,Yves Montand, Philippe Noireaut, Chris Papin, Gérard Philipe. Jean-Marc Tennberg, Claude Vence, Bernard Ascal

 

Chanson de la plus haute tour. On est pas sérieux quand on a dix-sept ans  (Roman). Sensation. Le dormeur du val, Les corbeaux, L’Éternité, Les effarés, Ma bohême (Fantaisie), Bannières de mai, Les poètes de sept ans, À la musique, Le pauvre songe, Au cabaret vert, La maline, Rêvé pour l’hiver, Mes petites amoureuses, l’Étoile a pleuré Rose, Vénus anadyomène, Ophélie, Le bal des pendus, Voyelles, Le bateau ivre, Démocratie.

 

CD 2
Avec François Cotinaud, Sacha Pitoëff, Suzanne Danco

 

Lettre à Paul Demeny, Quatre heures du matin l’été… (Bonne pensée du matin), Royauté, Ô saisons, ô châteaux, Après le déluge, Aube, Histoire d’une de mes folies

 

Arthur Rimbaud, Mauvais sang.

 

Les Illuminations (9-18) Fanfare, Villes, Phrase, Antique, Royauté, Marine, Interlude, Being beauteous, Parade,Départ .

 


 

 

 

Jean-Nicolas - Arthur Rimbaud naît en 1854, d’une mère issue d’une famille de petits paysans-propriétaires et d’un père militaire de carrière qui, à partir de 1860— l’année de naissance d’Isabelle Rimbaud, celle qui veillera jalousement sur le destin posthume de son frère et fabriquera de lui une image édifiante— ne donne plus signe de vie.

 

En 1865, le jeune Rimbaud entre dans un collège religieux. Excellent élève, il obtient en 1869 le premier prix de vers latins au Concours Académique. En 1870, il profite de l’ouverture d’esprit d’un nouveau professeur, Georges Izambard, antibonapartiste et admirateur de Baudelaire et des parnassiens, pour pratiquer avec talent l’imitation poétique ( Horace, Villon, Hugo, Banville) et lui proposer  des poèmes tels Le châtiment de Tartuffe, Ophélie, Le bal des pendus.

 

Mais le feu couve chez Rimbaud. A la rigidité des institutions, à la sévérité de la mère, aux étroitesses d’une petite ville de province s’ajoutent les troubles de la période: la déclaration de guerre à la Prusse  le 19 juillet 1870 suivie le 2 septembre de la capitulation de Sedan puis le 4 de la proclamation de la troisième  République. Rimbaud fugue une première fois fin août vers Paris, une seconde en octobre vers la Belgique, une troisième en février 71 vers Paris. Le 18 mars la Commune de Paris est proclamée. Il accueille cette nouvelle avec enthousiasme. En quelques mois tout bascule et dans sa lettre à Izambard du 13 mai 71 il déclare: “ Maintenant, je m’encrapule le plus possible. Pourquoi?  Je veux être poète, et je travaille à me rendre voyant  (......) Il s’agit d’arriver à l’inconnu par le dérèglement de tous les sens. “  Le programme est fixé: voyou et voyant.

 

En septembre 1871, il rejoint Paul Verlaine. Ils vivent une relation passionnelle  ponctuée de ruptures à Paris, à Londres, à Bruxelles où le 7 juillet 1873 Rimbaud est blessé d’un coup de révolver tiré par Verlaine qui est condamné à deux ans de prison.

 

Rimbaud termine alors Une Saison en enfer . Il fait imprimer le texte à compte d’auteur et s’en désintéresse peu après. De retour à Londres, au printemps 1874, avec le poète Germain Nouveau, Rimbaud met en forme Les Illuminations . A partir de 1875 Rimbaud n’écrit plus de poésie. La correspondance, qu’il serait erroné de limiter à des fins utilitaires, prend le relais.

 

De 1874 à 1880 , il étudie les langues ( allemand, espagnol, arabe, italien) et repassant régulièrement par Charleville, on le trouve à Stuttgart (précepteur), en Italie , en Autriche, à Batavia (engagé volontaire dans l’Armée coloniale hollandaise puis déserteur), enfin à Chypre ( chef de chantier).

 

De 1880 à 1891, il pratique le commerce et le trafic d’armes à Aden et au Harrar. Une douleur lancinante à la jambe droite contraint l’infatigable marcheur à rentrer en France en mai 1891 où il est aussitôt amputé. Après un ultime séjour dans sa famille, Rimbaud, qui veut repartir, est hospitalisé à Marseille. Confessé sous morphine, il décède le 10 novembre à 37 ans.

 

En quatre ans, Rimbaud délivre la quasi totalité de son œuvre. Il tente par la pratique de tous les “dérèglements” de “dévoiler tous les mystères: mystères religieux ou naturels, mort, naissance, avenir, passé, cosmogonie, néant”. Il veut par des “pouvoirs surnaturels” atteindre “ l’âme universelle” mais son impatience à “trouver le lieu et la formule” débouche sur une impuissance à connaître “la vraie vie”. D’avoir initié le vers libre ou l’écriture automatique ne lui est d’aucun secours dans son constat d’échec. Il est “rendu au sol”. L’amour reste “à ré-inventer”.

 

 Du vivant même de Rimbaud le mythe se met en marche et ses écrits sont sollicités en des sens parfois opposés. Son annexion par les symbolistes ou les Kabbalistes, les catholiques ou  les communistes ou les tenants de tel ou tel mouvement amèneront Etiemble à proposer  dès 1952  dans  “Le Mythe Rimbaud”  une décapante  remise en question et un retour au texte.

 

Tout au long  du XX siècle, une lignée de poètes  se réclament explicitement de lui : de Claudel, Segalen, Breton , Soupault, Char, Gracq à Bonnefoy en passant par  les poètes de la  Beat génération, etc.....

 

Rimbaud — l’homme ou l’œuvre devenu constituant du patrimoine commun— apparaît dans les contextes les plus divers. Cinq exemples parmi tant d’autres : avec le poème L’éternité dans le film Pierrot le fou de Jean-Luc Godard, dans les B.D. du dessinateur Hugo Pratt, en chanson par le Et Rimbaud chanterait de Michel Delpech, en peinture par le portrait recomposé d’Ernest Pignon-Ernest qui, sous forme d’affiches, a couvert les murs de Paris, de Charleville ou encore par le slogan politique de 1981 “Changer la vie”...

 

“L’homme aux semelles de vent “ est là ,  toujours en  quête  d’absolu.

 


 

 Christian de Tarlé

 Editions Eponymes BP 51 36000 Chateauroux

Tel 02 54 22 31 44 - Fax 09 70 62 14 98

 

>> En savoir plus sur Editions Eponymes